WANG S., Comment découvrir sa vocation.

vendredi 27 janvier 2012
par  Alain Mattheeuws

WANG S., Comment découvrir sa vocation. Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat, série « Bonheur Chrétien », col. Les petits traités spirituels, Nouan-le-Fuzelier, éd. des Béatitudes, 2011, 127 p.,dans NRT 134/n°1 (2012) 160-161.

Ce livre sera certainement utile en ces temps où dans le monde et dans l’Eglise de nombreuses personnes cherchent à se donner et à donner sens à leur vie. Deux écueils à éviter : oublier que Dieu a un dessein d’amour pour chacun de ses enfants et/ou plonger dans une telle angoisse qu’elle nous fasse oublier la vie et nous empêche de prendre une décision. Le livre offre un parcours priant, avec pour chaque thématique un ou deux témoignages qui donne « chair » à la réflexion. Le mot « vocation » est lié au mot « discernement » : cette partie (1) déploie d’abord la vocation de tous à la sainteté et dans cet horizon « les différentes vocations chrétiennes ». Des moyens concrets sont offerts pour comprendre le célibat, la présence de Dieu dans l’histoire, l’approfondissement d’un appel, la prise de décision, les obstacles rencontrés et à surmonter. Nous avons particulièrement apprécié les critères donnés pour l’élan d’une vie (le fil rouge) : le désir, l’attirance, l’admiration, la satisfaction, les talents, les valeurs, les événements, les autres, la prière ordinaire, la conviction intérieure, l’Ecriture sainte, les expériences extraordinaires, le réalisme ou principe de réalité. Autant de lumières qui simplifient la prise de décision. La seconde partie (2) déploie les signes d’une vocation particulière : au mariage, au sacerdoce, à la vie consacrée, au diaconat permanent. La réflexion concernant le mariage est stimulante puisque l’a. parle d’une « vocation naturelle » et pour les chrétiens d’un « sacrement », c.à.d. d’un don de Dieu. Le sacrement est lié à la connaissance personnelle de Jésus en son Eglise. Par ailleurs, il ne suffit pas de se reconnaître appeler au mariage, il convient encore de « trouver » le bon époux (ou épouse). Ces pages sont précieuses dans un contexte actuel d’anxiété et d’hésitations. La réflexion sur les autres vocations est à lire par tous : elle situe les diverses missions dans l’Eglise et fortifie l’estime mutuelle des états de vie. Une place plus nette aurait pu être faite au rôle d’un accompagnateur (trice) spirituel (le).

Ce livre n’aborde pas des questions limites telles que le célibat « non choisi », la situation de certaines personnes handicapées, la condition reconnue de l’homosexualité. Mais pour la vie et la réflexion de nombreux jeunes, le livre sera précieux pour entrer dans la cohérence du plan de Dieu et dans ses « raisons », toujours liées à son amour profond de notre humanité. Sa lecture est aisée et son style est « tonique ».

A. Mattheeuws s.J.