PERE DIDIER-MARIE, La relation d’accompagnement

samedi 28 janvier 2012
par  Alain Mattheeuws

PERE DIDIER-MARIE, La relation d’accompagnement, Nouan-le-Fuzelier, éd. des Béatitudes, 1999, 77 p., dans NRT 134/1 (2012) 151.

« Maintenant mon enfant, cherche-toi quelqu’un de confiance pour compagnon de route » (Tb 5,3). Parmi d’autres, ce livre peut encore accompagner ceux qui rendent ce service dans l’Eglise. Il se situe dans la tradition de cette collection thématique (cf. petit traité de Sœur Anne de Jésus), mais prend un genre littéraire différent (des « pensées » ou « apophtegmes ») et nous présente la relation d’accompagnement sous des angles différents. Il aborde tout d’abord quelques fondements de cette relation (I) avec une insistance heureuse sur la liberté de choix et la réfutation des soupçons sur le bienfait de l’ouverture du cœur. Entre le mutisme et le catéchisme, il y a la place pour un dialogue où chacun peut s’exercer à observer les traces de l’Esprit saint dans l’histoire humaine. Si l’auteur accepte des variations de vocabulaire pour nommer l’accompagnement spirituel, il insiste sur l’originalité de la paternité et son existence gracieuse. Cette insistance est cependant parfois un peu lourde à « réfléchir » (même en parlant d’Ancien et de Pèlerin !) et probablement à porter dans une relation où ces réalités affectives et spirituelle sont difficiles à cerner. Pour ce point, le « temps » comme composante anthropologique devrait être plus mis en évidence. La partie II concerne le sujet qui « accompagne » et se compose de 38 pensées riches d’expérience et d’images. Quelques citations d’auteurs classiques et de la vie des saints (p.40) nous guident également. La partie III concerne celui qui se laisse guider : elle traite particulièrement de l’obéissance, de l’ouverture du cœur et de la confession. Ces 32 pensées reprennent également des observations de la tradition spirituelle. Le genre littéraire lui-même suggère une lecture méditative, par parties et désireuse de mettre en lien avec sa propre vie.

P. A. Mattheeuws s.J.