CALMEYN Laetitia, Amoris laetitia à la lumière de la Parole de Dieu

mercredi 28 février 2018
par  Alain Mattheeuws

CALMEYN Laetitia, Amoris laetitia à la lumière de la Parole de Dieu, Paris, Parole et Silence, 2017, dans NRT 149 n °1 (2018) 128.

CALMEYN Laetitia, Amoris laetitia à la lumière de la Parole de Dieu, Paris, Parole et Silence, 2017, dans NRT 149 n °1 (2018) 128.
Le caractère incontournable de la Parole de Dieu apparaît dans l’exposition des thèmes de ce livret et plus particulièrement dans les interprétations concernant l’amour et la famille. La continuité et la nouveauté de l’exhortation sont déployées de manière souple et articulée dans le principe d’unité qu’est le langage inspiré (c.1). Un parcours bref du Concile Vatican II au pape François confirme l’usage décisif de la Parole de Dieu dans l’explicitation des défis et des contradictions rencontrées dans les débats concernant l’amour conjugal, le principe d’autonomie, la prise en charge en conscience et en liberté par les chrétiens de cette doctrine magistérielle (c.2). L’exhortation use de l’Ecriture (c. 3 et 4) : elle le fait par les psaumes et les références classiques aux textes portant sur le mariage. La tradition s’appuie sur le Nouveau comme sur l’Ancien Testament.
L’auteur souligne avec bonheur le lien entre la joie et l’amour : ce lien est propre à l’enseignement du pape actuel (c.5). Il permet de discerner la vérité de l’amour qui vient de Dieu et qui retourne à Lui. Il permet également de comprendre la profondeur du mystère pascal au sein de toute vie et de tout mariage. Car la sagesse de tout amour passe par le langage de la croix (c.6). Pour saisir les enjeux de la place de l’Écriture dans tout enseignement, le lecteur est invité à lire les pages 124 à 131 : elles décrivent avec clarté ce que fait l’Écriture quand on la parle et ce que nous pouvons faire quand nous en usons pour décrire des aspects de l’enseignement de L’Église sur tel ou tel sacrement. Le pape s’y est essayé en commentant l’hymne à la charité : nous pouvons faire de même sans le copier.
L’a. insiste sur quelques points. L’Écriture nous préserve en effet de considérer la doctrine comme un « idéal abstrait ». Elle le fait particulièrement si nous ne la manipulons pas par un verset choisi mais par une lecture continue, en respectant les genres littéraires. Prenons donc des péricopes entières, un ensemble évangélique pour y trouver des critères de discernement adéquat. Par ses paradoxes, l’Écriture peut nous aider aussi à porter le paradoxe de toute vie spirituelle et à porter les contradictions historiques apparentes. L’Écriture nous montre aussi le salut de Dieu en œuvre et la manière dont les errances, les oublis et les péchés de tout homme sont portés par l’unique Sauveur. Les figures du Christ dans l’Ancien Testament portent déjà en germe l’espérance d’un salut toujours offert quelles que soient les situations des hommes et l’époque dans laquelle ils vivent. Pour faire bref, le mystère pascal transit l’Écriture et éclaire ainsi toute vie humaine.
« La Parole de Dieu a une consistance, elle a une portée réelle et salutaire » (p.135). Elle nous convie à notre responsabilité. Elle fortifie notre liberté. Dans un domaine aussi central qu’est la famille, cette Parole de Dieu est encore et toujours « lumière sur nos routes ».

Alain Mattheeuws s.J.



Documents joints

Word - 14.8 ko
Word - 14.8 ko