reconnaître le Messie

vendredi 21 octobre 2022
par  Alain Mattheeuws

Le 21 octobre 2022 (Ep 4,1-6 ; Ps 23 ; Lc 12,54-59)

La vie chrétienne est un appel à suivre Jésus et à devenir comme lui : croire en Jésus c’est agir comme Lui « d’une manière digne de notre vocation », dit saint Paul. Vivre dans une unité relationnelle qui finalement correspond à l’unité de la foi en Dieu, ce Dieu de l’Alliance. Cela ne signifie pas penser tous, la même chose mais « se supporter les uns les autres avec amour ». L’unité dans l’Esprit à laquelle on aspire, se manifeste par la paix. Le modèle parfait, c’est la Trinité : le Père, le Fils et l’Esprit. Leur unité est source d’espérance sur la terre, car rien n’y est parfait. Mais Paul nous invite à ne former qu’un seul Corps à la manière des trois personnes en Dieu. Cette invitation est pour aujourd’hui : comment garder l’unité d’une seule Eglise en respectant la diversité ? C’est une grâce qui vient d’en-Haut et qui nous permet de dépasser les conflits et de construire un corps unifié.
Vivre, construire ou reconstruire cette unité dépend aussi de nous. Et Jésus nous manifeste clairement qu’il nous faut observer des signes, les discerner et les interpréter. Ce que nous faisons presque spontanément par rapport aux indications de la nature (la météo), nous peinons à le faire dans le domaine spirituel. Comme si le surnaturel nous était étranger. Bien sûr nous avons perdu notre foi d’enfant qui voit Dieu partout et l’imagine parfois de manière concrète. Mais Jésus interpelle la foule car elle est comme aveuglée : elle ne voit pas et ne reconnaît pas Celui qui vient la visiter. Son écoute reste comme en deçà du mystère : elle cherche et attend le Messie mais ne parvient pas à percevoir le signe de sa présence.
Jésus montre qu’il y a une sagesse humaine mais qu’elle est appelée à plonger dans l’invisible de la foi. Par la foi, nous voyons le réel transformé. Nos yeux ressemblent à ceux de Dieu et sa présence nous devient familière. Nous reconnaissons les bienfaits de ses visites, de sa présence dans tel ou tel événement ou dans tel moment de prière et de service. Savoir, pour nous chrétiens, que le Christ nous a visités et qu’il demeure parmi nous de diverses manières, change nos vies, pacifie nos inquiétudes, stimule nos questions sur le sens de nos existences : en bref, nous fait du bien. Cela change tout dans notre vie.
Demandons d’approfondir le mystère de cette présence : et l’eucharistie est un beau lieu pour grandir dans cette reconnaissance du visage du Sauveur.