Lustiger J.-M. (Les prêtres que Dieu donne)

Tuesday 1 May 2001
by  Alain Mattheeuws

LUSTIGER J.-M., Les prêtres que Dieu donne, Paris, Desclée de Brouwer, 2000, 176 p., 13,5 x 21, ISBN 2-220-04764-4.

L’auteur nous avertit d’emblée : ces pages « ont été écrites ou prononcées en réponse aux incompréhensions provoquées par les changements de l’image traditionnelle du prêtre français ». Bien des points essentiels sont supposés acquis ou connus : « le fondement du sacerdoce ministériel », les « projets d’organisation de la vie de l’Eglise », les conditions nouvelles en ce début du troisième millénaire pour « annoncer l’Evangile ». Le but de ce « petit volume » reste cependant « d’aider à faire bouger la manière de poser les questions qui, sans cela, paraissent insolubles » et rendre ainsi « la liberté d’imaginer et d’espérer ».
Quelques éléments d’histoire introduisent les questions et le débat : les chiffres épuisent-ils le besoin que l’Eglise a d’avoir des prêtres ? Le mode de formation et l’existence du clergé ne sont-ils pas en lien étroit avec les changements d’avant-hier à hier ? Aujourd’hui, une nouvelle génération se lève et se confronte aux paroissiens et au questionnement fondamental sur le ministère sacerdotal.
Le lien entre le peuple sacerdotal et le ministère est réfléchi de belle manière à travers la figure du l’unique Berger et l’appel universel à la sainteté. Quelques traits de la figure sacramentelle du prêtre sont dessinés : rappel des exigences de l’Evangile et manifestation du pardon divin dans l’histoire. L’Evangile de Marc 3,13-18 montre la volonté de Jésus d’instituer les douze et d’enraciner l’Eglise dans la prière de Jésus. L’auteur montre l’actualité de l’appel au sacerdoce et le défi qu’il suppose. Dans l’enfantement d’un « oui » à cet appel comme dans l’accomplissement stable du sacrement reçu, les prêtres sont en leur chair des prophètes, « à l’image du Christ-Epoux ». La figure sacerdotale défendue par l’auteur est clairement celle d’un homme que Dieu donne à son peuple pour renouveler la vocation sacerdotale de tous les baptisés dont ils sont les serviteurs. Cet homme « choisi par Dieu » doit témoigner que sa vie est toute donnée, consacrée à la mission reçue.
Une « annexe » longuement développée témoigne du souci du Cardinal pour la formation des jeunes prêtres de demain. Elle rend compte de l’expérience parisienne et en témoigne à l’inauguration du nouveau séminaire diocésain à Denver. Cette annexe est symbolique d’un nouveau mode de formation adaptée à « ce que Dieu donne » car la responsabilité de l’homme est toujours inscrite dans l’histoire et dans la lecture des signes des temps. La description des temps de la formation et des divers pôles de la formation montre la nécessaire intégration de l’intelligence et de l’affectivité dans le temps de croissance spirituelle de celui que Dieu appelle pour le donner à son peuple. La vie fraternelle est féconde pour la vérité de la vocation de chacun et la construction d’un corps de prêtres qui s’estiment et travaillent pour le même Seigneur.
Ce livre peut être source d’espérance pour tous ceux et celles qui s’interrogent sur l’engagement des jeunes au sacerdoce et la formation ecclésiale qui leur est offerte.

A. Mattheeuws dans NRT 123 (2001-2) 339-340