Simonart J. (Les chemins de la prière intérieure)

lundi 1er octobre 1990
par  Alain Mattheeuws

SIMONART, J., Les chemins de la prière intérieure, Ed. Du Moustier, 1990, 120 p.

Après avoir rappelé la situation de la prière dans le climat actuel de notre société, l’auteur aborde de front ce qu’est l’oraison et sa mise en route dans nos vies. Prenant 8 critères essentiels (p.22 à 25), l’auteur aide au mieux le lecteur à situer la spécificité de la prière chrétienne au cœur du phénomène religieux. Par ailleurs la place du corps dans la prière et en lien avec le mystère de l’Incarnation nous paraîtrait devoir être plus fortement soulignée.
La prière d’oraison visée par l’auteur est l’oraison mentale, définie par St. Thérèse d’Avila comme « cet échange intime d’amitié où l’on s’entretient seul à seul avec ce Dieu dont on se sait aimé ». Cette prière a - et l’auteur nous le rappelle brièvement - une longue tradition qui prend appui sur la vie monastique et sur le témoignage des saints.
Utile et nécessaire pour les débutants comme pour ceux qui ont déjà de l’expérience, cet avertissement que l’oraison est une “option”. Il s’agit d’opter pour l’oraison. L’obligation intériorisée, la réflexion, l’éveil de l’âme par la conversion : autant de chemins qui mène à l’oraison fidèle et permanente. Affirmer qu’entrer en oraison est une option, c’est nous rappeler la part d’engagement personnel que suppose toute prière. N’est-ce pas le socle de toute vie chrétienne consciente et digne ?
L’auteur n’oublie pas de nous donner un aperçu de différentes méthodes de méditation : lectio divina, exercices spirituels de Saint Ignace, l’inspiration salésienne tirée de l’Introduction à la vie dévote, les méthodes sulpiciennes et de Dom Chautard. L’ensemble est éclairant dans sa sobriété. Pour terminer, l’auteur évoque l’évolution et la simplification de la prière d’oraison tout en montrant son lien avec la vie de tous les jours.
« Nul doute que ce livre et son auteur soient des outils - humbles mais indispensables - que l’Esprit utilise pour parler à des gens de notre temps ». C’est ce sentiment que nous partageons avec le Cardinal Danneels qui préface ces cinq conférences sur la prière.

A. Mattheeuws