Manaranche A.

dimanche 1er janvier 1989
par  Alain Mattheeuws

UNION ET PROCREATION. Développements de la doctrine des fins du mariage. Préface de S.E. le Cardinal G. Danneels, Archevêque de Malines-Bruxelles. Paris, Cerf, Collection « Recherches morales », 287 pages.

Depuis longtemps, l’Eglise lie l’union et la procréation comme deux significations d’un même acte d’amour. L’importance de ce lien et son sens dans la vie de couple et de la société, est mis en question de manière radicale par l’évolution des mœurs de ces dernières années et par de nouvelles pratiques médicales. Comment, dans ce contexte, les arguments de l’Eglise peuvent-ils être entendus ?

L’auteur, jeune jésuite belge, répond à ce défi en racontant l’histoire de la doctrine de l’Eglise sur les fins du mariage et la double signification de l’acte conjugal. Cette histoire « qu’il expose magnifiquement, déclare le Cardinal G. Danneels » est une enquête au carrefour de l’histoire des mœurs, de la théologie morale, de la dogmatique, de l’exégèse biblique et de la pratique des sacrements. Elle aboutit heureusement à raconter l’essentiel de ce que dit l’Eglise actuelle dans « Humanae Vitae », « Familiaris Consortio » et dans « Donum Vitae ».

Cette présentation cohérente de la doctrine catholique contemporaine est imprégnée d’une foi dans l’œuvre de sanctification divine présente au cœur du mariage. Cette vision personnelle de l’auteur nous mène discrètement sur les chemins d’une mystique du mariage et de l’amour conjugal. Elle donne grande force et unité au livre. Dans ce domaine controversé, elle manifeste la courtoisie et les « bonnes manières » du théologien. Ceux qui connaissent les divers accents de la spiritualité conjugale en milieu francophone, seront heureux de retrouver une continuité avec l’élan pastoral de l’Abbé Caffarel.

L’auteur, moraliste et biologiste, partage avec ce dernier cette conviction que le droit chemin dans ce terrain difficile de l’amour conjugal doit être trouvé, non pas dans l’anathème des “dissidents” mais dans l’explication positive, patiente et courageuse de la vraie nature du lien conjugal. En suivant cet axe de pensée, il parvient d’une manière originale à rendre compte de la pensée personnelle de Jean-Paul (spécialement de ses catéchèses) et à nous guider vers ce mystère d’amour, fondement de toute vie conjugale. Cette contribution systématique et claire d’un théologien est un outil précieux.

A. Manaranche s.j.